Archives

Articles marqués ‘Abeilles’

L’essaimage des abeilles a lieu à une période précise de l’année. Pour les amoureux de la nature, c’est un phénomène à observer de près. Dans le cadre de notre sortie photo du jour, nous allons assister à l’impressionnante naissance d’une colonie d’abeilles, phénomène naturel par lequel les abeilles assurent la pérennisation de leur espèce. Pour photographier l’événement, nous avons contacté et pris rendez-vous plusieurs mois plus tôt avec un apiculteur amateur de la région. L’apiculteur nous explique tout sur l’essaimage des abeilles.

Avant l’essaimage, la vie des abeilles en colonie

Bien qu’une abeille dispose suffisamment de nourriture dans la nature, elle est incapable de vivre seule ou de se reproduire ; d’où la dynamique du groupe, comme chez les fourmis, la colonie au sein de laquelle chaque membre joue un rôle précis. Les individus ont une vie éphémère tandis que le groupe survit en maintenant une organisation sociale très complexe. Avec une population de 40 à 60 000 milles abeilles à la belle saison, la colonie s’organise activement pour subvenir aux besoins de chaque abeille. Chaque colonie comporte plusieurs types d’abeille dont la reine, les faux-bourdons et les ouvrières. La reine a la particularité d’être unique, assurant la fonction de reproduction et de régulation des tâches. Au début du printemps, elle pond entre 1500 et 2000 œufs par jour. Les faux-bourdons, les mâles qui contribuent à la fécondation des reines vierges sont quelques centaines dans l’ensemble de la colonie. Les ouvrières qui sont des femelles infertiles représentent la plus grande partie de la population de la colonie. Elles assument de nombreuses fonctions dans le groupe ; durant toute leur carrière, elles seront selon les saisons et les besoins du groupe, butineuses de miel et de pollen, nourrices, nettoyeuses et productrices de cire. Leur présence en grand nombre permet d’assurer la régulation thermique au sein de la ruche. La vie de la colonie dépend essentiellement des conditions naturelles telles que la floraison, les variations de température ainsi que la disponibilité d’une végétation. Ce qui fait que la colonie, dépendant de la nature aura un cycle annuel.

L’apiculteur nous explique que ce cycle annuel comporte quatre grandes étapes : la première étape est une phase de développement durant laquelle la reine pond intensivement pour assurer la croissance de la population. La phase suivante sera l’essaimage que nous verrons plus loin. La troisième phase correspond aux préparatifs pour l’hivernage : la colonie produit de nombreuses ouvrières pour passer l’hiver et les récoltes de pollen sont abondantes pour stocker de la nourriture. La phase finale, l’hivernage : en attendant la belle saison quelques milliers d’ouvrières (entre 15000 et 5000) se rassemblent autour de la reine et vivent des réserves.

Essaimage : la vie de colonie

Essaimage : la vie de colonie; les abeilles ouvrières en activité permanente

 

Une abeille butineuse récolte du pollen

Une abeille butineuse récolte du pollen sur une fleur de pâquerette vivace

 

L’essaimage : pour donner vie à une nouvelle colonie d’abeilles

Les apiculteurs sont capables de provoquer un essaimage d’abeilles pour de nouvelles ruches : c’est l’essaimage artificiel. Pour ce qui nous concerne, c’est l’essaimage naturel qui retient notre attention. Il s’agit de porter une attention aux secrets de la nature pour mieux la comprendre. Ce qui rend l’essaimage spectaculaire, impressionnant, c’est que le phénomène est une sorte de mouvement d’ensemble si bien coordonné. On peut imaginer comment les ordres ou les informations circulent au sein de la colonie et comment chaque individu répond à l’appel en faisant un geste précis, très précis.

C’est à la belle saison, au printemps que l’essaimage à lieu. En début de saison la reine se remet à pondre pour l’extension de la colonie ; il s’agit de produire suffisamment de butineuses et d’ouvrières pour assumer la collecte de miel, emmagasiner des provisions et construire les cellules pour les faux-bourdons. Avec la grande quantité de fleurs disponibles au printemps, il y a beaucoup à faire et la colonie n’a pas beaucoup de temps.

Essaimage : essaim d'abeilles dans un prunier

Essaimage : essaim d’abeilles dans un prunier

Puisque la reine pond entre 1500 et 2000 œufs par jour, la croissance de la population est si rapide qu’elle va provoquer un manque d’espace. Les ouvrières commencent à bâtir de nouvelles cellules royales, obligeant l’ancienne reine à arrêter les pontes car le moment est venu pour elle de quitter la colonie pour aller chercher un nouveau toit. C’est toujours l’ancienne reine qui part.

Essaimage des abeilles : un autre essaim formé sur une branche de pin

Essaimage des abeilles : un autre essaim formé sur une branche de pin

L’essaimage, le grand jour, je jour du départ

Au grand jour de l’essaimage, on peut observer des milliers d’abeilles volant, bourdonnant et formant une impressionnante nuée : c’est l’essaim. Elles finissent par se regrouper en une grappe compacte dans un arbre mais elles n’y resteront pas. Avant de quitter la ruche, les membres de la nouvelle colonie ont pris le soin de bien se nourrir afin de tenir le temps de l’essaimage sans manger. Elles peuvent donc tenir quelques heures durant l’essaimage. Au milieu de la grappe formée se trouve la reine ; autour d’elle, les ouvrières qui assurent la sécurité.

Pendant ce temps, les éclaireuses partent à la recherche d’un nouveau site où logera la nouvelle colonie. Elles vont scruter, inspecter minutieusement les fissures ou les trous sur les troncs d’arbres. C’est le moment idéal pour l’apiculteur de récupérer l’essaim en grappe pour constituer une nouvelle ruche. Les abeilles sont si peu agressive qu’il peut facilement couper la branche et poser délicatement l’essaim dans une nouvelle ruche.

Lorsqu’elles ont identifié un endroit pouvant servir de nid, les éclaireuses marquent l’endroit par leur odeur et retournent vers l’essaim. Elles fournissent les coordonnées de la nouvelle habitation remplissant doutes les conditions requises. Puis elles guident l’essaim par une danse appropriée et le conduit vers le nouveau domicile. Quelle organisation, me diriez-vous !

Essaimage des abeilles : avant la dispersion de la nouvelle colonie

Essaimage des abeilles : avant la dispersion de la nouvelle colonie, l’apiculteur récupère l’essaim pour une nouvelle ruche

Dans l’ancienne colonie la nouvelle reine, à peine éclose, prend les rênes après l’essaimage ; elle tue ses rivales pour régner et organiser une nouvelle vie de colonie. Si jamais elle se retrouvait avec l’ancienne reine, elle la piquerait à mort parce que celle est trop vieille et incapable de tenir une colonie.

À l’issue de notre visite d’observation, il faut retenir que les abeilles sont des créatures fabuleuses de par leurs comportements, la dynamique de la colonie ainsi que le sens de l’organisation. N’oublions pas que l’abeille est un pollinisateur exceptionnel : si vous assistez à un essaimage dans votre jardin, appelez un spécialiste pour vous en débarrasser et les remettre dans la nature.

Voici quelques liens pour en savoir plus sur les abeilles ou leur essaimage.

Abeille et Nature
La ruche sauvage
Société Romande d’Apiculture

J’aime, je partage…Share on Google+Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on Pinterest

Mise à jour par le .